Approchez donc Messieurs Dames, et venez passer un peu de bon temps !

La Minute Critique de Martin Wantiez, l'Instant Rétro, Si Vous Aimez, Has The Milk Gone Bad ?...
Tout cela, c'est ici, et nulle part ailleurs !

Et n'oubliez pas: "Don't think, feel !"

mercredi 30 avril 2014

"La Minute Critique de Chopper le Banni" critique #40: "Antichamber" (PC)

De temps en temps, entre deux FPS survitaminés, il est bon de passer à quelque chose de plus relaxant...

Prendre un bon jeu d'exploration, ou un Point n' Click pas trop compliqué, se poser dans son fauteuil, et profiter...

Et sachez que le titre d'aujourd'hui n'a très vite plus rien de relaxant !

Mesdames et Messieurs, j'ai l'honneur de vous présenter Antichamber, a.k.a le destructeur de neurones...


"Every journey is a series of choices. The first is to begin the journey."

Le joueur commence dans une pièce noire, l'antichambre.

L'un des murs contient les options, le deuxième, un espace vide qui servira plus tard, le troisième est une carte des lieux, et le dernier est une vitre, derrière laquelle se trouve la sortie, l'objectif ultime !

Avant de se lancer dans l'aventure, on aperçoit un compte à rebours sur le mur des options... 90 minutes. Oh oh.

Raison de plus pour commencer à jouer au plus vite ! Il n'y a qu'une seule salle de disponible sur la carte, donc le choix est vite fait.

Après avoir cliqué sur l'icône représentant la salle, le joueur se retrouve directement téléporté dedans.

Au loin, une pendule, devant nous, un gouffre, et derrière nous, une porte avec marqué "The End". Chouette ! Le problème, c'est qu'une sorte de mur nous empêche de passer... Moins chouette...

Pas d'autre choix possible, il va falloir avancer. On essaye de sauter au dessus du gouffre, mais bien sûr, il est trop grand, et on se retrouve à chuter.

Quand on arrive au fond, on est accueilli par un panneau, placé sur un mur. Un dessin un peu cartoon, qui, quand on clique dessus, révèle une phrase, ici: "Failing to succeed does not mean failing to progress."

Un nouveau chemin s'offre à nous !

Et c'est ainsi que commence notre aventure...

L'objectif semble si proche... Et pourtant si lointain... Ou l'est-il ?

"Some tasks require a lot of care and observation."

Antichamber est très compliqué à décrire... Acclamé par la critique et par beaucoup de joueurs, et fortement attendu depuis son annonce grâce à sa direction artistique très stylisée, il n'a déçu personne !

Le titre est un jeu d'exploration à la première personne assez... Spécial dirons-nous.
Le but est de chercher la sortie, en passant par des dizaines et des dizaines de salles plus étranges les unes que les autres et bourrées d'énigmes tordues et de chemins cachés.

Le jeu est une grande illusion d'optique. Non seulement par son univers, mais aussi par son gameplay.

Après avoir un peu avancé dans l'aventure, le joueur va débloquer des sortes "d'armes" (même si techniquement ça n'a rien d'une arme, mais bon passons) lui permettant d’interagir de différentes manières avec des petits cubes.

Cubes qui seront le sujet de nombreux autres casses-têtes à base de portes à bloquer, et d'obstacles à traverser.

Tous vos repères vont être mis à mal, puisque, par exemple, certaines salles changent si vous vous retournez, ou certains chemins ne font que vous ramener à votre point de départ !

Chaque pièce du jeu à une logique propre, et les énigmes vous demanderont d'aller chercher au plus profond de votre esprit pour trouver la solution !

Et vous allez souvent vous retrouver bloqué. TRES souvent.

Hum.

"If you never stop trying, you will get there eventually."

De temps en temps, vous tomberez sur des panneaux "d'aides" similaires à celui mentionné plus haut, et après que leur message ait été découvert, ils viendront s'ajouter sur le mur vide de l'antichambre au fur et à mesure que vous les trouverez.

J'insiste sur les guillemets à "aide", puisque ces panneaux sont plus là pour vous sortir des phrases un peu philosophiques en rapport avec la situation que pour vous aider (ils arrivent souvent après l'énigme d'ailleurs).

Ils seront aussi assez importants, puisqu'ils cassent avec le style très épuré du monde qui nous entoure, et permettent donc bien de se repérer tant qu'on ne connait pas bien les lieux.

La direction artistique du jeu justement, risque d'en laisser froid plus d'un. Certains la trouveront sublime, grâce aux rares couleurs très pétantes et au design très stylisé, d'autres la trouveront ridicule, à cause de... Bah pour les mêmes raisons en fait !

Et tout le jeu est comme ça. L'ambiance sonore, le gameplay, la progression... Tout participe à l'ambiance et crée une atmosphère apaisante et mystérieuse qui pousse le joueur à continuer...

Et cela risque de déplaire à pas mal de gens ! Même si Antichamber, contrairement à pas mal d'autres titres, ne laisse pas son gamaplay de côté et offre de vrais casses-têtes à surmonter, il reste très "arty", et certains joueurs risquent de passer complètement à côté.

Mais si vous êtes prêt à affronter la logique changeante de l'univers, les énigmes hardcores, et la progression très compliquée, alors vous vivrez une expérience belle, complexe, et enivrante.

Et c'est bien ça que le public attendait: une œuvre indie totalement hallucinogène qui, plus que se jouer, se vit !

Tu m'as retiré les mots de la bouche !

Bilan:

Graphismes: 4 sur 5: Je ne vais pas me répéter, le jeu et son univers ne plairont pas à tout le monde, évidemment. Mais pour moi, ça a marché !

Très épuré et très stylisé, Antichamber réussit à créer un monde froid, peu accueillant, et pourtant absolument fascinant ! 
Toujours surprenant, il reste très intéressant à explorer même après plusieurs heures de jeu... Pari réussi !

Gameplay: 4 sur 5: Simple, mais complexe, bourré de casses-têtes infernaux et d'obstacles infranchissables, souvent frustrant, toujours déroutant... Très raccord avec son univers en somme !

Bande son: 5 sur 5: La bande son, aussi épurée que les graphismes, est une des grandes réussites du jeu !
Les bruitages, les sons, et les musiques faisant office d'ambiance sonore font honneur aux ambitions du jeu, et participent parfaitement à l'atmosphère. Superbe !

Durée de vie: 5 sur 5: Nom de Zeus que c'est dur ! La durée de vie du titre se voit multipliée par dix rien qu'à cause de ça, et la progression s'en retrouve pas mal ralentie (ce qui permet de mieux profiter de l'ambiance du jeu).

Et même si je ne peux pas vraiment juger de sa durée (puisque je ne suis pas encore arrivé à la fin, hum), je peux déjà vous dire du haut de mes 4 heures de jeu qu'il vous accompagnera pour un bon bout de temps !

Total: 18 sur 20:

Je n'ai toujours pas fini Antichamber.

Cela fait des mois que je suis perdu dans les longs corridors et les salles à quadruples sorties de ce foutu labyrinthe d'illusions d'optiques !

Entre les énigmes infernales, les chemins dissimulés un peu partout, et les répliques philosophiques par milliers, je suis complètement bloqué et j'avance sans savoir quoi chercher...

Et vous savez quoi ? Bah j'adore ça.
J'ai toujours adoré les puzzle-game, et celui-ci ne déroge pas à la règle !

Assez dur, assez frustrant, mais aussi très intriguant et vraiment intéressant, Antichamber, me fascine et me donne envie de continuer toujours plus loin, pour peut-être un jour voir la fin...

Et même si certains n'accrocheront tout simplement pas, la majorité des gens sauront apprécier ce qu'il offre en terme d'expérience vidéoludique, et en terme d'expérience tout court... Messieurs les développeurs, vous avez gagné !

Bon par contre, conseil d'ami: gardez quand même une soluce à portée de main. C'est bien beau l'expérience, la réflexion et tout ça, mais ça devient quand même assez impossible au bout d'un moment... 


Les Plus:
- Une direction artistique du tonnerre.
- Une bande son magnifique.
- Un gameplay efficace.
- Un level design excellent.
- Des (bonnes) idées par centaines.
- Résoudre chaque énigme est très satisfaisant.

Les Moins:
- Certains n'accrocheront pas.
- C'est VRAIMENT dur quand même...
- Les moins patients le lâcheront vite.
- Seulement en WASD, pensez donc à changer vos options clavier !

 
"Life isn’t about getting to the end."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire